Conseil & Solutions en communication

Conseil & Solutions en communication

 

L'actualité de la communication

Suivez toute l’actualité de la communication sous un autre angle de vue

    Voir toute l'actu

AD'n'you

Lundi 17 juin 2019

AD' ON WEB :

Femme repassant son linge

Sexist advertising is dead

À l’heure où les pubs sexistes, ou les concept-redac borderline vont de bon train encore en France, Le Royaume-Uni, eux, ont interdit les publicités sexistes depuis ce vendredi 14 juin. Finis les pubs aux messages « graveleux » dans les médias anglais utilisant les stéréotypes et soit disant faiblesses du sexe féminin ou masculin pour la force des accroches publicitaires ou « crochets sanglant », écorchant depuis des années une bonne partie des consommateurs. Les anglais sensibles peuvent dorénavant mettre de côté leur thé pour boire du petit lait ou laisser place aux champagnes.

 

Les pubs qui ont été censurés dans leur parcours ne sont qu’un lointain souvenir au Royaume-Uni et nous ne pouvons qu’imaginer la naissance d’une nouvelle fibre « réac » chez les Anglo-Saxons face à certaines campagnes baignant dans les infra-rouges de la censure et qui ont fait ou font encore polémiques sur les réseaux sociaux français.

Le Royaume-Uni interdit les publicités sexistes susceptibles de "heurter"

Les publicités sexistes sont désormais interdites au Royaume-Uni. Une autorité sera chargée de traquer sans merci les annonces qui "comprennent des stéréotypes de genre susceptibles de heurter".

 

L'Autorité des Standards de la Sublicité (ASA) a expliqué ce vendredi dans un communiqué que ces nouvelles règles, annoncées il y a six mois et entrées en application vendredi, lui permettront d'interdire des publicités "problématiques".

 

Parmi les annonces qui pourraient s'attirer ses foudres, l'ASA a évoqué celles qui "montrent un homme les doigts de pied en éventail, avec une famille qui met le bazar dans la maison et la femme seule chargée de tout ranger".

Ces publicités "peuvent contribuer à l'inégalité dans la société"

"Une publicité montrant un homme ou une femme incapable d'accomplir une tâche à cause de son genre, par exemple un homme incapable de changer une couche ou une femme incapable de garer une voiture", constituera aussi un type de publicité à proscrire. Parmi les autres exemples cités par l'ASA figure "une publicité qui déprécie un homme parce qu'il remplit un rôle ou une tâche considérés comme 'féminin' par les stéréotypes".

 

"Nos recherches montrent que les stéréotypes de genre blessant dans les publicités peuvent contribuer à l'inégalité dans la société", a expliqué Guy Parker, directeur général de l'ASA. "Pour le dire simplement, nous avons trouvé que certains portraits dans les publicités peuvent, à la longue, contribuer à restreindre les potentialités des gens".

Tous les stéréotypes de genre ne seront pas interdits

L'autorité précise toutefois que les nouvelles règles ne "visent pas à interdire de façon générale tous les stéréotypes de genre", mais plutôt "ceux qui peuvent heurter". Les publicités qui montreront une femme faire les courses et un homme bricoler ne seront pas interdites, tout comme celles s'adressant à un genre en particulier. La mise en scène de personnes "attirantes" ou de modes de vie "glamour" ne sera pas non plus interdite.

Sources : L'EXPRESS

I Like Actu com

Partagez l'article :

Conseil & Solutions en communication

21 Rue Clément Marot

75008 Paris - France

Voir le plan

 

 

Tél. : +33 (0)1 87 09 88 30

Mail : contact@adnyou.com

AD' on web